L’essentiel: Les WAN (Wide Area Network)

Pour définir assez simplement les WAN, on peut les caractériser par des réseaux grande distance. Ils couvrent une large étendue géographique et utilisent les infrastructures déjà existantes, celles des télécommunications. Ils relient ainsi les LAN (Local Area Network) des entreprises et des particuliers. On appel le plus grand WAN: Internet.
Mais parmi les WAN, il y a plusieurs technologies qui diffèrent par leur fonctionnement, débit, mode de connexion…
Tout d’abord, il faut savoir que les réseaux WAN n’agissent pas sur la même couche OSI.

  1. Couche physique
    • Liaison permanente

    3 technologies sont considérées en liaison permanente sur la couche physique:

    WDM (Wavelength Division Multiplexing)

    Cette technologie utilise le principe de multiplexage fréquentiel.

    SDH (Synchronous Digital Hierarchy)

    Cette technologie permet d’atteindre un débit de 2,5 Mbits /s sur la boucle optique qui comprend 16 liens de 155 Mbits /s.

    – TDM (Time Division Multiplexing)

    Il s’agit d’une est une technique de multiplexage permettant à un émetteur de transmettre plusieurs canaux numériques élémentaires à bas débit (voix, données, vidéo) sur un même support de communication à plus haut débit en entrelaçant dans le temps des échantillons de chacun de ces canaux.

    • Liaison commutée

    La liaison commutée est établie sur demande uniquement et est exclusive jusqu’à la libération des utilisateurs.
    On trouve ainsi la technologie ISDN (Integrated Service Digital Network) ou RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Service) qui correspond à la numérisation du réseau téléphonique. Il utilise donc l’infrastructure du téléphone. Il permet de constituer des débits de 64 ou 128 kbits /s, par multiplexage de plusieurs canaux à 64 kbits /s définit par la norme G 704, on constitue un signal à 2 Mbits /s sur les interfaces entre commutateurs.

  2. Couche liaison
    • Mode connecté

    Le mode connecté peut être assimilé à une communication téléphonique. L’utilisateur doit établir une connexion avant de pouvoir transmettre et cette connexion est coupée à la fin de la transmission.

    ATM (Asynchronous Transfert Mode)

    Cette technologie permet de transférer simultanément des données et de la voix sur une même ligne. Elle permet d’atteindre des débits allant de 25 à plus de 600 Mbits /s voir 2 Gbits /s sur fibre optique.

    Frame Relay (Relais de trames)

    Il s’agit d’un mode de connexion basé sur la commutation de paquets. Il s’agit du successeur de X25.

    • Mode non connecté

    Le mode non connecté est quant à lui assimilé au courrier postal. L’utilisateur envoi ses données par paquets indépendants les uns des autres. En théorie ils arrivent dans l’ordre d’envoi mais du fait qu’ils n’empruntent pas forcément les mêmes routes, ils peuvent très bien arriver dans le désordre. Le mode non connecté sur la couche liaison est la technologie Ethernet.

  3. Couche réseau
  • Mode connecté

X 25 constitue la technologie en mode connecté sur la couche réseau.

  • Mode non connecté

Il s’agit de la technologie IP qui est encapsulé par l’Ethernet qui fonctionne en mode non connecté.

  • Mode mixte

Le MPLS pour Multi-Protocol Label Switching constitue l’avenir des réseaux. Il utilise à la fois des interfaces IP traditionnelles et des interfaces connectées au réseau central (ou backbone) MPSL.

Articles récents

Laisser un commentaire

Abonnement au flux RSS des commentaires.